Un premier mardi sans l’Indépendant Express : consternation chez les lecteurs

1 mois passé(e)s
405 vues

Un premier mardi sans l’indépendant express : consternation chez les lecteurs

Les lundis sont habituellement les jours de bouclage du journal l’Indépendant Express. Après la décision de retrait de son récépissé. Comment se porte la rédaction ? Nous avons poussé notre curiosité en visitant hier le siège du journal. Pas de mouvement, les attroupements de motos et voitures à la devanture du siège comme d’habitude. Pas d’entrée et sorties de qui que ce soit. Nous sommes le lundi 18 janvier. Et naturellement, ce mardi 19 janvier, l’Indépendant Express n’est pas dans les kiosques. Les lecteurs se montrent stupéfaits, consternés au niveau des différents points de vente.

En effet, tous les lundis, au siège du journal l’Indépendant Express, c’est dans une ambiance marquée par la pression, la quête de l’information, les taquineries entre rédacteurs et quelques fois, du stress ; que la rédaction peaufine les derniers œuvres pour la publication du journal.

Le plus souvent, il y a l’actualité à la une du journal qui est mis en avant-goût sur le site du journal (independantexpress.net) à 22 h des lundis, ce qui suscite l’intérêt des lecteurs à se procurer du papier le lendemain. L’on n’a pas eu droit à cela cette semaine. Pour cause, le journal est sommé de ne plus paraître pour avoir publié un article sur un vol présumé de cuillères dorées par deux femmes ministres.

Lire sur: Togo: sans tête, le corps d’une fille retrouvé dans le 4e lac de Lomé

L’information de suspension, sinon du retrait de récépissé du journal l’indépendant express, paraît du cinéma pour les lecteurs jusqu’à ce mardi matin où ils se sont aperçu que leur journal a manqué au rendez-vous hebdomadaire. C’est la consternation pour eux. Ils espèrent que l’absence ne sera pas définitive et qu’ils pourront retrouver les parutions dans les kiosques.

En tout cas, le Directeur de Publication du journal, Carlos Ketohou reste optimiste sur la question. Après sa libération du SCRIC, plus aucune de ses nouvelles ne sort. L’on se demande comment il va ? Et où il se trouve.

Nous avons réussi à le joindre , et il s’est montré bien en forme, confiant et rassuré qu’après appel sur l’affaire, le journal pourra revenir sur le marché. Il a remercié les organisations nationales et internationales qui œuvrent pour que la fermeture ne soit pas définitive.

De la nécessité pour les autorités de revoir la sanction contre le journal, car quoi qu’on dise le journal apporte beaucoup à la construction du pays par ses critiques. Aussi, au-delà de l’information, il œuvre aussi dans le social en apportant de l’aide aux démunis et aux personnes vulnérables.

Si la décision de retrait de récépissé restait là, inchangée, on peut dire que c’est une dizaine de journalistes qui est envoyée au chômage et ainsi, c’est la liste des organes de presse fermées au Togo qui s’agrandit.

M.A.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *