Togo : Le suivi de mise en œuvre des recommandations EPU et organes des traités, désormais facile aux journalistes.

9 mois passé(e)s
1436 vues

Comment suivre la mise en œuvre des recommandations de l’examen périodique Universel et les organes des traités ? La question était au centre d’un atelier de formation pour les professionnels des médias à Lomé. L’objectif, c’est d’amener les journalistes à maitriser les procédures de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU) et organes des traités.  

En effet, ils sont pléiades ses Etats qui prennent des engagements auprès des Nations Unies mais peinent à leur mise en application effective. Le Togo, classé parmi les mauvais élèves du continent fait évidemment parti de ces Etats. Il y a quelque mois, le gouvernement togolais a présenté un rapport dans le cadre de l’examen périodique universel sur la situation des droits civiles et politiques, des droits socio-économiques et culturelles. La société civile togolaise a également adressé un rapport alternatif sur les mêmes droits aux Nations Unies et apres étude des rapports, l’ONU a fait des recommandations au gouvernement togolais.  

Dans le souci de permettre aux journalistes de suivre de près la situation des droits politiques et de s’assurer de la contribution de la société civile à faire avancer ses situations, le bureau Afrique du Centre pour les Droits Civiles et Politiques (CCPR) a initié une formation.  « Nous avons outillé les journalistes sur les mécanismes onusiens, organes des traités et examens périodiques universels mais nous allons surtout aider les journalistes à voir une approche technique dans le suivi de ces recommandations » a confié André Kangni AFANOU, Coordinateur Afrique du CCPR Centre.

Plusieurs communications ont meublé les discussions. Avant d’expliquer  les termes « organes des traités » et l’« examen périodique universel », André AFANOU qui a dirigé la première communication a rappelé la différence qui existe entre ces deux concepts. Il a ensuite expliqué en long et en large les moyens de suivi de la mise en œuvre des recommandations EPU et les organes des traités aux participants.

Après cet atelier sur la maîtrise des moyens de suivi, les participants ne seront pas laissés à eux-mêmes mais le travail sera continu pour atteindre des résultats.  « Nous allons développer dans le cadre des initiatives actuelles un cadre d’action concerté où nous aurons des représentants du gouvernement, des représentants de la société civile, de la CNDH, du parlement et des journalistes pour faire des réunions régulières au moins une fois chaque deux mois. Où nous allons ensemble explorer l’état des lieux, et voir ce qui a évolué et ce qui ne l’est pas » a mentionné André AFANOU.

Pour les bénéficiaires, cette occasion offerte par le CCPR Centre sur les EPU et organes des traités est non seulement à saluer mais aussi à encourager ,en témoigne cette déclaration d’un journaliste au sortir de l’atelier « les EPU et organes des traités, sont l’un des domaines que nous ne maitrisons pas et donc dans nos papiers, nous avons la peine à les aborder et cela réconforte le gouvernement. Mais avec les diverses communications de cette atelier, nous somme à même de suivre les recommandations faites à notre pays et en parler si ça n’avance pas ».     

Débuté le vendredi 22 décembre à Lomé, cet atelier a pris fin ce 23 Décembre avec l’élaboration par les journalistes d’un plan d’action individuel de vulgarisation et de suivi des recommandations.

Rappelons que cet atelier s’inscrit dans la droite ligne de l’ambition du Centre pour les Droits Civiles et Politiques (CCPR centre) et du Centre de Documentation et de Formation sur les Droits de l’Homme CDFDH d’outiller les défenseurs des droits humains et les journalistes au profit du renforcement des droits humains dans le pays.

Stanislas AZIATO

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.