Togo : Siou réclame le corps de Madjoulba, une seconde manifestation vire au désastre

3 semaines passé(e)s
2598 vues

Togo : Siou réclame le corps de Madjoulba, une seconde manifestation vire au désastre

Au moins un manifestant a été touché par balle ce lundi 11 mai lors d’une nouvelle manifestation faite par les populations de Siou et ses environs. Les Nawdebas restent intraitables sur leur demande. Par une grande marche chutée à la préfecture de Doufelgou, ils ont réclamé une fois encore le corps de leur fils, Lieutenant-Colonel MADJOULBA Bitala « assassiné froidement » la nuit du 4 mai.


Entamée par les populations de Siou, la manifestation a vite été rejointe par les populations des cantons de Koka, Tenega, Baga et Niamtougou. Leur demande à l’endroit des autorités est claire : avoir le corps sans vie de leur fils. « Nous ne réclamons même plus justice. Simplement le corps du défunt pour son inhumation. Lui-même fera son combat dans l’au-delà » a laissé entendre un manifestant.

LIRE AUSSI: Togo : un haut gradé de l’armée poignardé dans son bureau


Selon les informations, la population furieuse et plus nombreuse aujourd’hui que la semaine dernière, a été difficile à contenir par les forces de l’ordre. Certains ont même pris la poudre d’escampette devant la hargne des jeunes manifestants. Des vitres et des portes de la préfecture ont été brisées. Le préfet de Doufelgou qui a tenté de fuir a été rattrapé par les manifestants. Des tirs à balles ont été entendus dans la ville faisant au moins un blessé parmi les manifestants.


Ce qui parait étrange est qu’aucune réaction officielle n’est venue de la part des autorités pour clarifier la situation à part la mise en place d’une cellule d’enquête et la nomination d’un remplaçant au défunt.
Cela paraît un traitement de deux poids deux mesures si l’on se rappelle de l’énergie déployée par les autorités quand il s’agissait de l’assassinat dans les circonstances pareilles d’un militaire gardant la maison du ministre Agadazi dans la ville de Sokodé.

Si la mort de simples militaires a suscité de si grands intérêts des autorités, qu’en devrait pour un haut gradé de l’armée ? Quel péché à commis le lieutenant Madoulaba pour qu’on ne se sente pas assez les autorités sur ce décès ?


Pour l’heure Boufelgou, ne réclame pas justice, mais le corps de leur fils pour lui rendre un dernier hommage selon les rites Nawdeba.

Stan A.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *