Togo: les ordonnateurs de l’UEMOA et CEDEAO planchent sur les 10e et 11e fonds européens de développement à Lomé

11 mois passé(e)s
301 vues

Togo: les ordonnateurs de l’UEMOA et CEDEAO planchent sur les 10e et 11e fonds européens de développement à Lomé

Les ordonnateurs de la CEDEAO, de l’UEMOA et de 13 pays des 2 organisations sous régionales sont en concertation depuis ce lundi 11 novembre 2019 à Lomé. Il s’agit en effet, d’une rencontre de deux jours dont l’objectif est de plancher sur la mise en œuvre des programmes indicatifs régionaux et nationaux financés sur les 10e et 11e fonds européens de développement.


Cette rencontre régionale, 2e du genre, est financée par le Programme d’appui au renforcement d’appui au renforcement des capacités de l’UEMOA et de la CEDEAO (PARCI). La cérémonie d’ouverture a été faite en présence de l’ordonnateur suppléant du FED au Togo Essohanam Edjeou, et du représentant résident de la Commission de l’UEMOA au Togo, Raymond Assoukou Krikpeu.


Prennent part à cette réunion, des les représentants du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée Bissau, du Liberia, du Mali, de la Mauritanie, du Nigeria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo.


« Il s’agit d’une réunion de concertation régionale entre d’une part les commissions des deux organisations régionales d’Afrique de l’Ouest, UEMOA et la CEDEAO, et d’autre part, les Etats membres. Il s’agit donc des acteurs de la coopération avec l’UE. Ils se réunissent pour faire le point sur un ensemble de sujets notamment la mise en œuvre des programmes indicatifs régionaux et nationaux financés sur le 10e et le 11e FED. Ils se réunissent également pour échanger leurs analyses et leurs vues sur l’évolution des négociations entre l’UE et la région Afrique Caraïbe pacifique dans un contexte de la perspective et la fin de l’accord de Cotonou en février 2020 », a indiqué Raymond Krikpeu.


À en croire ce dernier, les nouveaux défis auxquels est confrontée la sous-région notamment : le changement climatique, le défi sécuritaire, nécessitent que les acteurs se retrouvent pour agencer leurs analyses pour un meilleur rendement des projets. « Les acteurs ont besoin d’échanger et de croiser leurs analyses afin de rendre cohérentes leurs propositions de la coopération avec l’UE et plus efficace la mise en œuvre des programmes actuellement en cours », a-t-il ajouté.


Au sortir de cette rencontre, il est attendu des participants, des recommandations constructives pour la préparation du prochain COS prévu pour se tenir au cours du premier trimestre de 2020.

Stan A.


Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *