Togo : l’ANIAC souhaite le vote de la loi sur les armes chimiques

9 mois passé(e)s
342 vues

L’Autorité Nationale pour l’Interdiction des Armes Chimiques (ANIAC) réclame du gouvernement la loi sur les produits chimiques. Il faut que cette loi soit votée pour favoriser au mieux le contrôle des armes chimiques. C’est en effet, le grand souhait émis par institution qui a présenté vendredi 27 décembre, le bilan de ces activités durant l’année 2019 aux acteurs et à la presse.

Il s’agit en effet, d’une loi qui prend en compte une liste de certains produits chimiques que l’ANIAC juge toxiques et qui sont importés au Togo. « Notre souhait, c’est que le gouvernement vote la loi sur les produits chimiques. L’OIAC a sa liste de produits pris comme des armes chimiques. Cette liste est universelle. Nous en tant que pays souverain, nous devons aussi contrôler certains produits chimiques toxiques qui peuvent ou qui pourraient être utilisés pour tuer » a laissé entendre prof Pakoupati BOYODE, président de l’ANIAC-Togo.


Cette loi constituera une force à l’ANIAC et lui permettra de bien poursuivre sa mission selon le président. « Il faudrait que l’ANIAC soit capable de détecter ces produits chimiques sur notre territoire. On n’interdit pas, mais on contrôle, on régule leur entrée pour savoir ce qu’on en fait et si un stock disparaît, on alerte les services spéciaux » a-t-il indiqué.


L’acide chlorhydrique, la soude, la mèche sont entre autres certains des substances que l’ANIAC juge toxiques s’ils sont mal utilisés.


En ce qui concerne le bilan de l’année 2019, l’organisation a effectué plusieurs séances de sensibilisation, des visites d’inspection, la formation des différentes parties prenantes à l’activité chimique. Elle a également organisé une tournée dans les villes de Kara, Kpalimé qui a permis à une centaine de responsables de médias d’être outillés sur la disposition de la convention sur l’interdiction des armes chimiques.


Rappelons que, sont des armes chimiques, tout produit chimique utilisé pour nuire à l’homme.

Stan AZIATO


Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *