TOGO : Après l’annulation du sommet Afrique-Israël, le pays renonce au sommet de la CEDEAO

2 ans passé(e)s
1854 vues

Le Togo n’accueillera pas le sommet de la CEDEAO initialement prévu sur le 16 décembre 2017, ce sommet se déroulera plutôt à Abuja, siège de cette institution. Les tensions politiques qui secouent le pays depuis trois mois seraient la cause fondamentale de cette modification.

Probablement, l’un des sujets au centre des discussions lors de la dernière visite du président togolais Faure Gnassingbé chez son homologue Nigérian Muhammadu Buhari est la délocalisation du sommet de la CEDEAO qui devrait se tenir au Togo. Les tensions politiques que connait le Togo pousseraient le président Faure à prendre cette décision. Il aura plutôt lieu à Abuja, où se concentrent les opposants à l’adhésion du Maroc au groupement régional.

Le lieu a changé mais cependant, la date reste la même, et c’est le 16 décembre 2017.  Au sortir de leur discussion, les deux présidents n’ont pas expliqué les raisons qui sont à l’origine de cette modification aux médias. Ils ont préféré aborder d’autres sujets. « Nous avons passé en revue la situation sécuritaire dans notre région, notamment au Liberia, en Guinée-Bissau et au Togo », a déclaré Buhari aux journalistes, comme le rapportent les médias nigérians.
De son côté, Faure Gnassingbé « a préféré » se focaliser sur les « réformes » touchant l’organisation de la CEDEAO. « Nous avions auparavant 15 commissions, désormais réduites à 9 pour plus d’efficacité », s’est-il félicité.

Même si les deux chefs d’Etats n’ont pas voulu se prononcer sur les raisons qui sont à l’origine de cette modification, il est clair que les manifestations populaires au rythme desquelles le pays vibre depuis trois mois seraient la cause fondamentale du changement de lieu de ce grand sommet régional. La crise togolaise a été également à la base de l’annulation du sommet Afrique-Israël initialement prévu en octobre dernier au Togo, vrai revers pour le gouvernement de Faure Gnassingbé qui a tant peiné pour redorer le blason du régime sur le plan international, sacrifiant au passage la population; Ironie du sort, c’est le soulèvement de cette même population à bout de souffle et fatiguée qui le saque et révèle sa vraie face au monde entier.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *