Sensibilisation sur le coronavirus : L’exemplarité de Kossi Aboka

4 mois passé(e)s
344 vues

Sensibilisation sur le coronavirus : L’exemplarité de Kossi Aboka

Dans la commune Golfe 5, Kossi Aboka a fait de la lutte contre l’épidémie du Covid-19 la priorité des priorités. Fermeture des bars et lieux de loisir toujours bondés de monde en violation des mesures édictées par le gouvernement pour briser la chaine de propagation la maladie, le maire d’Aflao Gakli ne lésine pas sur les moyens légaux pour faire pour amener sa commune à gagner cette « guerre » sanitaire. Mais, comment prêcher l’ordre et la discipline et ne pas donner soi-même le bon exemple ?

« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ». Cette vieille expression devenue un proverbe populaire et qui signifie qu’on ne s’applique pas les conseils donnés à autrui ne marche pas avec Kossi Aboka. Pour le maire de la commune Golfe 5, l’exemple doit venir du leader, car le poisson pourrit toujours par la tête.

De retour d’un voyage officiel en France, le maire Aboka devait participer samedi à Lomé à une réunion organisée par l’Union des fils et filles d’Aflao pour le développement (Ufad) pour plancher sur les problèmes liés à délimitation territoriales entre les communes d’Aflao Gakli et d’Aflao Sagbado. Cette rencontre, qui a réuni, dans le strict respect des mesures barrières anti-covid, le bureau exécutif de l’Ufad, les chefs traditionnels d’Aflao, du préfet du Golfe, Komla Agbotsè, quelques cadres du milieu, a permis de clarifier le décret qui a créé en 1998 les deux cantons d’Aflao et qui définit leurs limites administratives.

Arrivé sur les lieux, Kossi Aboka a tout simplement choisi de se mettre en quarantaine. Et c’est dehors sous le soleil de plomb qu’il a suivi la réunion à travers les fenêtres. Interpellé, il a expliqué à ses frères qu’il venait de rentrer d’un voyage et qu’il n’était pas prudent d’être en contact direct avec eux tant qu’il n’avait pas encore les résultats de son test au covdi-19. C’est en assistant à la réunion depuis l’extérieur de la salle qu’il a reçu le résultat qu’il n’a pas hésité à présenter ensuite à l’assistance.

« Même à ma famille, je n’ai pas permis de m’embrasser quand ils sont venus me chercher à l’aéroport », a indiqué le maire expliquant que c’est aussi une façon de sensibiliser les gens sur cette épidémie qui « n’est pas encore terminée » et devant laquelle « nous ne devons pas baisser de vigilance quant aux gestes barrières comme la distanciation physique, le port des masques de protection, le lavage des mains à l’eau coulante et au savon ou au gel hydro-alcoolique ».

Le développement passe par la discipline des hommes. Et pour discipliner les autres, il faut d’abord s’auto-discipliner.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *