Payement d’impôt et taxes : les avantages ignorés d’un devoir citoyen

Ça n’a jamais été un exercice facile pour quiconque. Il a été même pendant longtemps été considéré comme une servitude. Nous parlons du payement des impôts et taxes. Même si on peut reconnaître que sa perception a nettement changé dans l’imaginaire collectif, la pratique est loin d’être une habitude pour tous. Mais si l’on part du principe que pour beaucoup, s’acquitter librement de ses impôts et taxes n’est pas aisé, il n’en demeure pas moins que ceux-ci demeurent importants, mieux recèlent des avantages et opportunités que seuls les habitués maîtrisent.

Payer ses impôts : des avantages certains….

Ils se contentaient de petites réalisations notamment de petits gadgets, de flyers, de petites affiches aux bonnes femmes du quartier. Leur méthode de recherche de clients, ce sont les prospections d’atelier en atelier. Nous sommes chez « Shining Prod », une petite entreprise créée par de jeunes diplômés en communication et secrétariat. Pour échapper au payement d’impôt, ses jeunes se sont abstenus de formaliser leur structure auprès du Centre de Formalité des Entreprises (CFE) et de la déclarer à l’Office Togolais des Recettes (OTR) parce que craignant d’être traqués par l’OTR.

Mais ils ont, par après, changé d’habitude malgré eux, et témoignent du bien-fondé de l’accomplissement de cet acte civique.

« Au début, les choses étaient très compliquées pour jeunes entrepreneurs que nous sommes, la compétence, nous l’avons, mais pas le marché. Au moment où les mairies s’installaient, nous avions l’opportunité de décrocher un petit marché auprès d’une mairie et il nous fallait formaliser notre entreprise. Ça a été fait et nous avons pu gagner le marché. Je pus vous dire que d’autres marchés ont suivi ; certains qu’on nous refusait avant, nous les avons maintenant grâce au fait que nous sommes une structure légalement établie et nous sommes en règle avec l’OTR », a confié le premier responsable de la Shining Prod.

De son côté, Monsieur Jules est dans les BTP. Il a aujourd’hui, nombre de contrats avec des sociétés étatiques et tout ceci parce qu’il paye bien ses impôts. Les sociétés étatiques, et même non-étatiques sérieuses, ne travaillent pas avec des partenaires non-fiables ou qui ne sont pas en règle que ce soit sur le plan fiscal ou administratif. C’est ce secret que Jules a compris très tôt. « Être formel et payer ses impôts régulièrement ouvre la porte aux opportunités. Depuis que je l’ai compris ainsi, je m’y conforme et j’arrive à gagner aussi ses marchés qui me font vivre moi et mes collaborateurs. En tout cas, j’exhorte tout le monde surtout les jeunes entrepreneurs à ne pas négliger cet aspect. Il y va de leur intérêt, même leur entreprise » a-t-il expliqué.

L’on ne devrait pas se laisser poursuivre par l’OTR avant de payer l’impôt, estime Monsieur Tadjieri, fiscaliste dans un cabinet à Lomé. Pour lui, si les opérateurs économiques maîtrisent le fonctionnement de la fiscalité, ce sont eux-mêmes qui vont courir vers l’OTR. Être en règle, dit-il, permet « d’éviter les poursuites (fermeture pour non-paiement d’impôts), éviter les pénalités, connaître la valeur réelle de votre résultat en fin d’année, bénéficier de certains documents (quitus fiscal…) ».

… au-delà d’un acte civique

L’impôt par définition constitue un prélèvement obligatoire effectué par voie d’autorité par la puissance publique (l’État et les collectivités territoriales) sur les ressources des personnes vivant sur son territoire ou y possédant des intérêts. Sans contrepartie directe pour le contribuable, ce prélèvement est destiné à être affecté par l’intermédiaire des budgets publics aux services d’utilité générale.

Dans tout pays, la perception de l’impôt est le moyen pour l’Etat de garantir la contribution des citoyens aux grands travaux. Lesquels sont la construction des routes, écoles, hôpitaux. A ceci, s’ajoute la possibilité de payer aisément les salaires des fonctionnaires, et même d’assurer la sécurité du pays.

Au Togo, le payement d’impôt est d’une nécessité importante dans la mesure où cela doit alimenter la réalisation du Plan National de Développement (PND), comme l’a affirmé le Président de la République Faure Gnassingbé lors du lancement de ce plan le 04 mars 2019 :

« Le civisme fiscal est une composante importante pour la réussite de notre PND. Le consentement de tous les contribuables à l’impôt participe de la démarche inclusive recherchée dans le PND, tout en ayant comme pendant naturel l’obligation de reddition de comptes à tous les niveaux » (Source : kakemono installé dans le hall de la direction de l’OTR).

L’exercice n’est certes pas encore une habitude pour les opérateurs, mais bon nombre commence à se prêter au jeu. Ceci est le fruit de multiples sensibilisations, communications et initiatives que l’Office Togolais des Recettes entreprend pour ancrer la pratique dans les esprits.

Au marché d’Adidogomé-Assiyéyé les petits commerçants y compris les bonnes-dames, commencent également à s’adonner à l’exercice sans que l’OTR ne joue le gendarme derrière eux. En témoigne Mme Ameyo Amétépé qui déclare : « avant, quand on apprend que les agents d’impôt sont sortis pour la collecte, nous fuyons nos étalages le temps qu’ils passent. Mais maintenant, nous avons compris le bien-fondé de payer l’impôt après des séances de sensibilisation que l’Office, et même les autorités ont mené au marché ici ».

« La mentalité a changé et nous le payons désormais, ce qui varie entre 2000 FCFA et 5000 FCFA selon l’étendue de l’étalage de chacun. Aujourd’hui, notre marché est clôturé, il y a des magasins avec les sanitaires, on nous a dit dans les sensibilisations que c’est grâce aux recettes collectées que la mairie peut aussi avoir des ristournes et faire les besoins du marché. Donc nous avons compris et nous le faisons désormais » a-t-elle ajouté.

Sur la question, François, Directeur d’un cabinet comptable basé à Lomé affirme que « l’Etat n’a pas de ressources quelque part où il peut aller puiser et prendre en charge les besoins du pays. C’est là où la perception d’impôt s’impose. Surtout, pour le Togo, lancé sur la voie du développement par le Chef de l’Etat, il est important que les populations aussi apportent leurs contributions ».

S’acquitter des impôts est donc ce qu’on peut qualifier de « mal nécessaire » juste parce que le payer fait, reconnaissons-le, un peu mal, mais ses avantages sont aussi importants. Une chose est de créer son entreprise ou initier une activité pour s’en sortir, mais l’autre est de pérenniser son investissement par la culture de bonnes pratiques y compris fiscales, gages d’une image de citoyen responsable et surtout d’opportunités.

Midodzi AZIATO

Commenter via Facebook

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *