Musique: Sarkodie ‘’Le monde se construit sur nous mais nous souffrons. Ils nous ont divisés pour qu’ils puissent nous contrôler’’ !

6 mois passé(e)s
244 vues

Le célèbre rappeur ghanéen, Sarkodie était sur le site de microblogging Twitter pour exprimer sa déception sur la façon dont l’Afrique et les Africains sont « opprimés» par l’Occident. Il a même donné des solutions pour inverser la tendance.

«Ces systèmes n’ont jamais été conçus pour nous, nous ne pouvons donc pas en tirer profit. Le monde se construit sur nous, mais nous souffrons. Ils nous ont divisés pour qu’ils puissent nous contrôler, mais la bonne nouvelle est qu’il n’est pas trop tard, nous devons juste nous réveiller », a-t-il déclaré.

Dans une série de tweets, le rappeur a ajouté : « Tout prendra fin lorsque nous retrouverons notre fierté, notre but, notre puissance, et même nous-mêmes, mais ils travailleront très fort pour nous empêcher de le faire. À ce stade, pour faire un changement, oublions l’ancienne génération, même notre génération, et forgeons la suivante. »

Reliant la situation à l’industrie de la musique, il a déclaré : «Laissez-moi utiliser la musique comme exemple : la musique africaine existe depuis longtemps, mais pourquoi le monde prête-t-il attention à elle maintenant ? Parce que, à ce stade, nous avons pris les choses en mains, unis et ensemble, ce n’était pas un individu. Laissez-moi prédire ce qui va se passer : ils vont rentrer avec de l’argent pour racheter nos droits, construire leurs labels ici, nous signer à 90% et contrôler les revenus. Et notre instinct de survie ne nous aidera peut-être pas à prendre les meilleures décisions.»

Poursuivant, le rappeur ajoute :« Nous ne pouvons pas accepter les ordres de l’oppresseur, cela ne sera jamais en notre faveur. Ce dont nous avons besoin à ce stade peut sembler être une dictature et nous nous sentirons mal à l’aise, car nous jouissons d’une liberté temporelle depuis une minute, mais nous avons besoin de mesures radicales pour survivredr”.

Et de conclure :Je veux vraiment nous voir survivre. Peu importe la qualité de ma vie dans ce monde, mais ce que mes générations futures devront affronter plus tard

 

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *