Matrimoniat 2.0 : des femmes DDH aguerries contre les menaces liées au numérique

4 mois passé(e)s
3438 vues

Le harcèlement en ligne est un véritable handicap pour les filles engagées dans les droits humains. Comment amener ses filles DDH à faire leurs activités sans contraintes du numérique ? C’est le but d’un atelier lancé…

Le harcèlement en ligne est un nouveau fléau auquel font face les filles à l’ère du numérique. Le phénomène est également un véritable handicap pour les filles engagées dans les droits humains. Comment amener ses filles DDH à faire leurs activités sans contraintes du numérique ? C’est le but d’un atelier lancé ce mardi 22 juin à Lomé.

C’est une initiative du Centre de Documentation et de Formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH). L’atelier regroupe une trentaine de participants dont 25 jeunes filles DDH. La cérémonie d’ouverture a eu la présence du représentant du ministre des droits de l’homme et des relations avec les institutions de l’Etat, du premier responsable du CDFDH, André Afanou, de la coordonnatrice du projet Matrimonia 2.0, Sharon Mukwawaya .

Table d’honneur de la cérémonie de lancement

Axé sur le thème « l’engagement des jeunes femmes DDH au Togo à l’ère du numérique », la rencontre vise à outiller les filles DDH sur les risques du métier surtout quand les nouvelles technologies entrent en jeu.

« La plupart de ses filles sont engagées dans les DDH et c’est à travers l’internet qu’elles font passer leurs messages. Donc cet atelier, c’est pour les outiller sur les mécanismes ou les instruments qu’elles peuvent utiliser pour travailler en ligne en sécurité. Également les outiller sur ce qu’elles peuvent faire pour se protéger des risques du harcèlement en ligne, aussi aux mécanismes de protection des droits de l’homme pour ne pas s’exposer aux menaces qui existent dans le domaine », a indiqué Godwin Etse, Directeur exécutif du CDFDH.

Vue partielle des participants

A en croire Monsieur Etse, l’internet qui est leur premier outil, est en lui-même est une menace et donc il s’agira tout d’abord faire comprendre aux jeunes ce qu’est un DDH, ce qu’il peut dire ou non.

L’atelier de deux jours s’inscrit dans le cadre du projet Matrimoniat 2.0, dont trois lauréates togolaises inspirent des jeunes filles. Selon la coordinatrice du projet, Sharon Mukwawaya le « projet a pour objectif de venir en solution aux défenseuses des droits de l’homme victimes du harcèlement en ligne ».

Rappelons que l’atelier a eu un appui financier du PNUD.

Stan A.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *