Mali: le président Keïta et le Premier ministre arrêtés, selon un chef de la mutinerie

3 mois passé(e)s
477 vues

Mali: le président Keïta et le Premier ministre arrêtés

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé IBK, et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été arrêtés ce mardi 18 août en fin d’après-midi à Bamako par des militaires en révolte. RFI passera en édition spéciale ce soir à partir de 20h30, heure de Paris.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé IBK, et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été arrêtés ce mardi 18 août en fin d’après-midi à Bamako par des militaires en révolte. « Nous avons pris le contrôle du président de la République et de son Premier ministre, a déclaré un chef de la mutinerie, rapporte un correspondant du RFI. Nous nous sommes rendus à son domicile où il était avec le Premier ministre. Nous lui avons demandé de nous suivre pour une discussion. Ils sont actuellement entre nos mains et nous montons à Kati ». Le président de la République n’est  donc plus libre de ses mouvements. Il est entre les mains des chefs des mutins.

À la tête de cette fronde, on retrouve des officiers. Ces mutins ont pris les armes ce matin au camp «Soundiata Keïta» de Kati, à 15 kilomètres de Bamako, où se trouve une garnison militaire, l’une des plus importantes du pays. Selon des témoins, ils se sont mis à tirer en l’air et ils ont ensuite pris le contrôle de ce camp. 

« Nous avons entendu vers 7h30-8h, en heures locales, des premiers coups de feu qui ressemblaient à des tirs en l’air, ça venait du camp militaire », témoigne ainsi un habitant de Kati joint par Coralie Pierret du service Afrique de RFI.

Ensuite, ils sont descendus vers Bamako, au ministère de la Défense, pour arrêter des hauts gradés de l’armée, qui ont également été conduits à Kati.

Les militaires frondeurs contrôlent non seulement le camp, mais aussi des routes qui mènent vers Bamako. Des personnalités civiles auraient également été arrêtées.

La situation est plutôt confuse, surtout que les frondeurs n’expliquent pas pourquoi ils sont mécontents et quelles sont leurs intentions.

RFI

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *