Le CEPES au bord de l’implosion, qui pour le sauver?

1 mois passé(e)s
3201 vues

cette association dirigée par M. Macy Marcel Akakpo, Directeur Général de ESGIS et dont le mandat est arrivé à terme depuis belle lurette, navigue à contre courant des objectifs

Le Conseil des Établissements Privés de l’Enseignement Supérieur CEPES) se porterait bien selon les assurances des premiers responsables. Et pourtant, il n’en est rien. Le CEPES est au bord de l’implosion.

En effet, selon nos investigations, cette association dirigée par M. Macy Marcel Akakpo, Directeur Général de ESGIS et dont le mandat est arrivé à terme depuis belle lurette, navigue à contre courant des objectifs et missions statutaires assignées à cette organisation de professionnels de l’enseignement supérieur censée accompagner le gouvernement dans les réformes engagées pour faire de l’enseignement supérieur au Togo , une référence dans la sous-région. Non seulement les principes les plus élémentaires dans la conduite et la gestion d’une association sont foulés au pied par le bureau avec en tête Macy Akakpo, mais il est déplorable de constater que ce dernier gère cette association comme une épicerie familiale au grand désarroi des membres qui l’avaient porté à la tête du CEPES.

Crée pour faire des propositions dans le sens de l’amélioration et de la qualité du système éducatif privé et défendre les intérêts de ses membres, le Conseil des Etablissements Privés de l’Enseignement Supérieur (CEPES) a été l’objet de graves dysfonctionnements, de coups tordus, de dérives autoritaires qui font penser à un plan de déstabilisation de l’enseignement supérieur. Les réunions ont toujours été convoquées nuitamment, sans un avis de convocation de réunion, sans ordre de jour, sans procès-verbal de réunion selon les membres. Des décisions arbitraires imposées aux membres du bureau sans leurs avis préalables. Des missions effectuées à l’étranger à l’insu du bureau sans aucun rapport. Pire, les réunions ne se font que lorsqu’il y a un courrier du ministère. Bref la liste est longue. Pour une faîtière digne de ce nom et qui participe même à l’élaboration des programmes et au renforcement des capacités de ses membres, il apparait clairement que le président du CEPES, échoue la mission à lui confiée. Des voies s’élèvent pour dénoncer cette gestion scabreuse qui affaiblit l’association.

Après 04 ans de gestion à la soviétique d’un premier mandat prolongé de 12 mois et d’un deuxième mandat prolongé de 15 mois déjà, le bilan du président Macy Marcel Akakpo à la tête de cette association est chaotique voire négatif et il urge qu’une Assemblée Générale soit organisée dans les meilleurs délais pour redonner vie au CEPES et ramener la sérénité dans la maison. Mais vraisemblablement, le président du CEPES ne l’entend pas de cette oreille et préfère jouer à la diversion pour prolonger illégalement son mandat.

Vivement que les autorités compétentes se saisissent du problème pour remettre de l’ordre au sein du CEPES. Il en va de l’intérêt des écoles privées d’enseignement supérieur au Togo.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *