International: Innocenté après 31 ans de prison, un Américain reçoit un chèque de 75 dollars

4 ans passé(e)s
1851 vues

En 1977, Lawrence McKinney, 22 ans, est reconnu coupable et condamné avec un autre individu pour le viol d’une femme à Memphis, dans le Tennessee, après que la victime, une voisine, l’a identifié. Comme il ne reconnaissait pas les faits, il a reçu la peine maximale en 1978 : 115 ans de prison.

En 2009, Lawrence McKinney est sorti de prison, blanchi, après que des tests ADN ont prouvé qu’il n’avait pas été sur la scène du crime. Pour 31 ans, 9 mois et 18 jours injustement passés en prison, l’Etat du Tennessee lui accordera une compensation de 75 dollars.

Lawrence McKinney a été suivi et aidé juridiquement par l’Innocence Project, une ONG qui aide les personnes incarcérées potentiellement innocentes. Son histoire a été racontée dans The Tennessean en septembre et dernièrement sur CNN.

Depuis sa sortie de prison il y a 7 ans, il n’a rien reçu d’autre que ce chèque de 75 dollars pour recommencer sa vie. Un chèque qu’il a eu du mal à encaisser, faute de pièce d’identité. Ses avocats ont tenté récemment de faire valoir les droits de l’ancien prisonnier devant le comité de probation du Tennessee et obtenir une « absolution » de la part des pouvoirs publics, qui serait synonyme d’une compensation financière plus conséquente.

L’avis unanime de ce comité a été de dire que les preuves qui ont innocenté Lawrence McKinney n’étaient pas, à leurs yeux, assez convaincantes pour mériter une compensation plus importante. Le fait qu’il ait été impliqué dans 97 « incidents » derrière les barreaux, et qu’il ait avoué être entré par effraction chez la victime à la fin de sa peine, a été retenu contre lui.

Ses avocats ont répondu que l’aveu avait été fait dans sa 28e année de prison, sur leur conseil, pour espérer une réduction de peine. Quant aux nombreux « incidents », l’intéressé les a reconnus, disant devant le comité qu’en prison « seuls les forts survivent ».

« Je demande juste à être traité dignement »

L’« absolution » que demande Lawrence McKinney dépend désormais du gouverneur du Tennessee, qui peut ne pas tenir compte de l’avis consultatif du comité. Le Tennessee est un des 29 Etats américains (plus le District de Columbia) qui prévoient une compensation financière pour les personnes incarcérées injustement. Vu la longueur de sa peine, il pourrait avoir droit à une somme d’un million de dollars, rien à voir avec les 75 dollars qu’on lui a accordés.

Devenu très religieux pendant ses années d’incarcération, McKinney, 61 ans, vit dans le Tennessee, où il est marié avec une femme avec qui il a correspondu. Lorsque CNN lui demande ce qu’il attend des procédures en cours, il répond :

« Même si j’ai passé plus de la moitié de ma vie en prison pour un crime que je n’ai pas commis, je ne suis pas aigri ou en colère contre quelqu’un, parce que j’ai trouvé Dieu et marié une femme bien. Je demande juste à être traité dignement après ce qu’il m’est arrivé ».

Le cas de Lawrence McKinney est rare dans le système carcéral bondé des Etats-Unis, où 1 943 personnes ont été innocentées du crime pour lequel elles avaient été condamnées depuis 1989, selon le National Registry of Exonerations. Il est d’autant plus choquant par le temps passé derrière les barreaux (ceux qui sont innocentés passent en moyenne 8,8 années en prison) et par l’ahurissante compensation à laquelle sont arrivés les pouvoirs publics.

L’Innocence Project se bat pour que le système de compensation financière soit adopté par tous les Etats : 21 Etats n’en ont pas, ce qui veut dire que vous pouvez très bien être injustement condamné dans le Nevada, passer des années en prison, et sortir sans obtenir la moindre réparation d’un tel préjudice. L’ONG souligne aussi l’importance d’un accompagnement psychologique et administratif, le plus souvent inexistant lors de la transition hors du système carcéral. « L’agonie de la vie en prison, la perte complète de liberté, sont exacerbées par ce sentiment de ce qui aurait pu être », écrivent ses dirigeants.

Cela revient à se poser la question de combien vaut une année de vie perdue en dollars, de combien vaut une vie détruite, ou une vie qui n’a jamais vraiment commencé. Au niveau fédéral, les Etats-Unis sont arrivés à la conclusion qu’une année de vie d’un prisonnier injustement condamné vaut jusqu’à 50 000 dollars, 100 000 si elle est passée dans les couloirs de la mort. Une somme qui peut être réclamée au gouvernement fédéral si l’Etat ne peut pas, ou refuse, de payer. Ce sera la prochaine étape de la lutte judiciaire de Lawrence McKinney et de ses avocats.
La Rédaction / le Monde

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *