Gerry Taama : « le colonel Goita est mal conseillé »

Mali; je vais peut-être choquer, mais je suis d’accord avec les sanctions.

Ma position ne devrait normalement surprendre aucune des personnes qui me lisent ici. Je suis opposé aux coups d’état militaires en Afrique. Je le serai toujours. Et au Mali, il s’agit bien d’un coup d’état qui ne se justifiait même pas. Ibk était à son dernier mandat, il avait été démocratiquement élu et n’avait exprimé aucune velléité de s’éterniser au pouvoir.

Mais la principale raison pour laquelle je suis du même avis que la CEDEAO est que la junte malheureusement n’a laissé aucun choix à l’organisation sous régionale. Partis sur un accord d’organiser des élections au mois de février de cette année, c’est sûr une transition de 5 ans, soit la durée d’un mandat présidentiel, que les putschistes sont finalement tombés, obligeant la CEDEAO à activer sa batterie de sanctions. Il va sans dire que cette durée de transition est inacceptable et laisser faire va ouvrir une boîte de pandore incontrôlable. Mais il n’y a rien de nouveau à cela, la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagno avait aussi subit les mêmes sanctions aux lendemains des élections présidentielles, en 2010.

Sur le fond, c’est une occasion extraordinaire pour les militaires maliens, qui passent pour beaucoup d’Africains comme les dignes fils d’Afrique, de montrer qu’un peuple peut s’affranchir des contingences communautaires. Sortir de la CEDEAO et de l’UEMOA, sortir du franc CFA, renvoyer les troupes françaises et de la CEDEAO, battre sa monnaie et conquérir son indépendance véritable. Et là, toute honte bue, j’applaudirai.

Pour moi, le colonel Goita est mal conseillé depuis le début. La meilleure approche qui lui aurait réussi, aurait été de n’occuper aucune place dans la transition, quitter le métier des armes et se présenter comme candidat aux élections présidentielles de février 2022. Considéré comme le sauveur du Mali et en présence d’une classe politique affaiblie, il gagnait les élections haut la main et pouvait gouverner pour 10 bonnes années. Cela a été fait en Mauritanie.

Moi, le point sur lequel je souhaite que la CEDEAO légifére, c’est sur la limitation des mandats dans l’espace communautaire. 2 mandats maximum et on part.

Dites moi ce que vous pensez de la décision de la cedeao ? Que va faire la junte à présent ? J’apprends qu’elle rappelle ses ambassadeurs et interdit le survol de son territoire par les aéronefs onusiens ? Le bras de fer peut il durer, d’autant plus que dans quelques mois, l’argent va commencer à ne plus circuler dans le pays. Vos avis m’intéressent.

Gerry.

AFRIQUEDIRECT.COM / Mail : afriquedirectnews@gmail.com

Commenter via Facebook

commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *