Difficile processus de décentralisation : Les élus locaux de la CDPA font des recommandations à l’État et aux élus

3 semaines passé(e)s
231 vues

Difficile processus de décentralisation : Les élus locaux de la CDPA font des recommandations à l’État et aux élus

Fin de l’atelier des élus de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) ce samedi 10 octobre. 5 jours de formation pour mieux conduire le processus de décentralisation amorcé par le l’Etat togolais. C’est sur une note de satisfaction que les participants ont terminé la formation. Au-delà de la connaissance acquise, les participants ont fait des recommandations à l’Etat et aux élus suite aux réflexions menées sur les difficultés qui constituent du plomb dans l’aile de la décentralisation.


Les 34 élus de la CDPA repartent dans leurs différentes localités ragaillardis et tonifiés pour mieux servir leurs communautés. Quand il s’agira désormais entre autres de l’organisation et le fonctionnement des communes, du contrôle de l’Etat par les services déconcentrés, des actes des organes communaux, des opportunités et perspectives qu’offre la coopération intercommunale, aussi du budget, des obligations de reddition des comptes et enfin des approches des participants pour mobiliser des ressources internes et externes des communes, les élus de la CDPA n’éprouveront plus aucune difficulté.


L’atelier axé sur le thème « Être élus: en savoir plus pour une meilleure gouvernance » est terminé sur une remise d’attestation à tous les participants. L’objectif qui était de « permettre aux élus de répondre efficacement aux défis liés au bien-être des populations », a été atteint, À en croire Pascal Adoko, Secrétaire général adjoint chargé de la stratégie politique.


« Nous sommes très satisfaits de cette formation qui nous donne plus d’outils à servir nos communautés respectives. Les formateurs ont vraiment été bons. Nous avons beaucoup appris d’eux. Aussi les discussions entre nous-même élus nous ont permis de faire un bilan et de mieux nous projeter » a laissé entendre M. Kombaté, conseiller au Tone 1.


Une fois retourné, ce dernier compte partager la connaissance acquise.

« J’irai faire une séance de restitutions à mes camarades de tous les bords politiques pour qu’ensemble, on puisse mener à bien la mission au grand bonheur de la commune Tone 1 », a-t-il indiqué.


La formation s’inscrit dans le cadre de la célébration du trentième anniversaire du parti dirigé par Madame Brigitte Kafui Adjamagbo. Ainsi, elle a permis aux élus de faire le bilan d’un an dans les différentes mairies. Des échanges ont eu lieu entre les participants. Cela a permis de déceler les difficultés que rencontrent les élus.


Les difficultés

On note entre autres : Une politisation à outrance des conseils municipaux qui est de nature à freiner l’élan du développement des communes, Une tutelle ministérielle parfois trop pesante. Aussi, les participants ont relevé des conflits incessants entre les maires et les préfets, les maires et leurs adjoints, les maires et leurs secrétaires généraux ou leurs conseils. Il a été également noté comme difficulté, une asphyxie financière de certaines communes due aux comptables publics qui s’érigent en potentats, souvent au mépris de la législation en vigueur.


Les recommandations des élus

Pour venir donc à bout de ces difficultés qui font retarde le décollement à proprement dit de la décentralisation, les participants ont émis des recommandations à l’endroit de l’Etat et des élus.


Pour l’État, les élus recommandent une délimitation précise avec une cartographie claire des ressorts territoriaux dans le respect de la composition sociologique du pays ; Une formation des secrétaires généraux des comptables publics ensemble avec les maires pour créer une harmonie dans la gestion des communes. Ils réclament aussi une définition claire des statuts des élus locaux pour les mettre à l’abri des humeurs politiques de toutes sortes. La dernière recommandation à l’endroit de l’Etat, c’est « une clarification de la situation du personnel émargeant au budget des communes tout en étant employés dans les services déconcentrés de l’Etat (préfecture, hôpital, justice…).


À l’endroit des maires et conseils municipaux, il est recommandé « la création urgente des bureaux des citoyens dans toutes les communes afin d’assoir une gestion privative », « inscrire aux budgets communaux la formation des conseillers municipaux et personnels de la commune ». Il faut aussi selon les participants, « le respect scrupuleux des textes dans la gestion quotidienne des commune », et enfin les conseillers municipaux de la CDPA appellent à un colloque national avec l’appui de l’Union des communes du Togo.


L’atelier, rappelons-le, est organisé avec l’appui de la fondation Friedrich Ebert Stiftung, partenaire de la CDPA.

Stan A.



Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *