Coronavirus: un virus devenu « exceptionnel » au Togo

3 mois passé(e)s
4135 vues

la riposte du Togo est finalement interprétée dans le pays comme un « alibi politique ».

Les activités économiques, politiques, et même sportives sont bloquées au Togo depuis un an, pour cause, la pandémie au coronavirus. Un virus qui a secoué tout le monde entier. À la date du 19 mars, le Togo dénombre 8582 cas confirmés, 1402 cas actifs, 7078 Personnes guérie(s) et 102 décès. Certains classent le Togo parmi les pays ayant mieux maîtrisé le virus au monde. Mais la riposte du Togo est finalement interprétée dans le pays comme un « alibi politique ».

Le Togo n’est pas loin de connaître de nouvelles mesures restrictives en guise de riposte au Coronavirus qui selon les autorités, connaît une flambée. Selon les informations, une réunion a eu lieu entre le gouvernement et les membres du Comité scientifique de lutte contre le Coronavirus hier vendredi 19 mars. Réunion dirigée par le président de la République Faure Gnassingbé.

L’objectif dit-on, c’est réfléchir sur les mesures appropriées pour contrôler et inverser au plus vite la courbe.

“Nous définirons les meilleures voies et moyens pour endiguer cette épidémie”, a déclaré le président de la République, avant d’inviter de nouveau “chaque citoyen à respecter scrupuleusement les mesures barrières et à faire sienne la campagne de vaccination afin de limiter la contamination”.

Covid-19 togolais, un virus exceptionnel

Il est donc clair que le Togo n’a pas fini avec les mesures restrictives. Ça s’annonce encore plus compliqué pour les affaires. Il y a seulement quelques jours, l’Assemblée nationale a encore accordé au gouvernement la prolongation de l’état d’urgence sanitaire de six (6) mois. Au sein de l’opinion, ce fait a été difficile à digéré. Pourquoi encore 6 mois d’état d’urgence ? Se demandent beaucoup. Pour d’autres, tout a finalement l’air d’un « alibi politique », c’est-à-dire que le gouvernement se cache derrière la pandémie pour maintenir la restriction des manifestations publiques. Beaucoup ont l’impression comme le virus du Togo est carrément exceptionnel.

A lire aussi:

La prorogation de l’état d’urgence est inopportune pour d’autres aussi qui soutiennent leur thèse par la vaccination des premières doses de l’AstraZeneca que le pays a entamé il y a déjà une semaine.

En ce qui concerne le vaccin lui-même. Il y a débat, beaucoup doutent de sa fiabilité et ne comptent pas se laisser injecter ce produit qui alimente le débat ici et ailleurs. Mais la population pourrait être obligée à céder à son injection. En tout cas à l’assemblée, le groupe parlementaire UNIR n’hésitera pas à voter une loi pour.

“Ceux qui ne voudraient pas se faire vacciner pourraient être considérés comme des criminels… C’est 50 000 000 FCFA dépensés chaque jour et si les gens choisissent délibérément de faire dépenser cet argent à l’Etat, le groupe parlementaire Unir auquel j’appartiens est prêt à proposer une loi pour rendre obligatoire la vaccination” a déclaré Aklesso Atcholé, président du groupe parlementaire UNIR.

Comme cela ne suffisait pas, c’est le ministre Majesté Ihou Watéba qui, sur une radio de la place s’est versé dans l’intimidation, la menace de caractère à contraindre les gens à se faire vacciner pendant qu’ailleurs la vaccination n’a rien d’obligation.

Le sport totalement consumé ?

Ce samedi 20 mars, c’est normalement le jour de démarrage des championnats de football. Mais il n’en est finalement rien. Et pour cause, la Fédération togolaise de football a décidé à deux jours du démarrage de suspendre les activités. Raison évoquée, c’est la flambée de la contamination.

A lire aussi:

Et pourtant un protocole sanitaire a été élaboré, étudié et validé avant l’annonce, la préparation de la nouvelle saison. Situation presque incompréhensible pour les acteurs de football qui se posent mille et une questions.

Si dans d’autres pays africains et européens où les nombres de contaminés et de décès au covid 19 sont largement au-dessus de celui du Togo, on arrive à pratiquer l’activité sportive, l’on ne comprend pas ce qui bloque autant au Togo. Tout tend à corroborer la thèse selon laquelle le Covid-19 Togolais est carrément « exceptionnel ».

Il y a déjà des mois, le président du comité de coordination de riposte, Col Djibril affirmait que le Covid-19 doit être considéré comme tout autre virus et on doit apprendre à vivre avec. Que fait-on finalement de cette affirmation ?

Mi-Dodzi A.





Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *