Les Africa Papers: Dirigeants Africains… Ces actes de corruption et flux financiers illicites qui appauvrissent l’Afrique!

5 ans passé(e)s
1306 vues

Leurs noms sont souvent cités dans les paradis fiscaux. Ils font partie des plus riches du monde.  Des Dirigeants Africains qui ont juré défendre leur peuple et protéger   ses intérêts  ne sont que dans une posture de dilapidation des biens publics et d’appauvrissement de leur continent. Ils ne donnent pas à César ce qui est à César, ils le gardent, les biens de César, et en envoient une grande partie dans les paradis fiscaux. Corruption et flux financiers illicites au rendez-vous. Ailleurs, on parlera de Panama Papers.. Sur le Continent Noir on scandera peut-être  « Africa Papers ».  Au Togo, pays en pole position des flux financiers illicites au monde, on apprend qu’une minorité s’accapare les richesses  du pays. Et  Personne n’inquiète qui que ce soit.  Et la vie continue à Lomé et à Addis-Abéba. Et  l’Afrique s’appauvrit au fil des jours , au fil des années. Dirigeants Africains, Chapeau !!!  

Les chiffres sont bien alarmants.  Entre 1980 et 2009, l’Afrique a perdu entre      1 200 et 1 400 milliards de dollars, soit à peu près l’équivalent de son produit intérieur brut actuel. Ces chiffres ne sont pourtant qu’une des facettes d’un système extrêmement complexe et dont la longue histoire, rarement évoquée sur la place publique contraste avec ses conséquences désastreuses.

« L’hémorragie illicite des ressources de l’Afrique représente près de quatre fois sa dette extérieure », constate un rapport conjoint de la Banque africaine de développement (BAD) et de Global Financial Integrity, une ONG américaine.  Et la plupart des ressources financières qui quittent illicitement le continent  proviennent des multinationales et des Chefs d’Etat. Les transactions commerciales des multinationales, occupent  pas moins de 60 % à 65 % des flux financiers. Ces sous qui devraient rentrer dans la politique fiscale des pays quittent plutot le Continent et le laissent sans évolution et dans sa situation de statut quo.   Le système extraverti des pouvoirs en place et la faiblesse des institutions des pays africains offrent les tentations à beaucoup de chefs d’Etats de garder de côté quelques fonds, pour assurer leur avenir. Ces maigres fonds, selon eux, constituent, dans la plupart des cas, des sommes colossales comparées aux trains de vie de leur population. Des présidents au pouvoir depuis des décennies notamment Biya du Cameroun, Idriss Deby du Tchad ,  Mugabe du Zimbabwe, pour lesquels il est difficile de compter les richesses amassées depuis qu’ils sont aux commandes de leur pays, pensent pouvoir assurer leur avenir avec les fonds tirés des ressources publiques. Disposant du bois, de l’or et détournant les fonds publics avec la complicité des multinationales, ils disposent des richesses, domiciliées sûrement, dans les pays, considérés comme paradis fiscaux.

Selon un document de France Télévision, la famille Bongo disposerait de 11 comptes bancaires,  33 propriétés en France réparties de Paris jusque dans le Midi du pays. Ces propriétés évaluées à au moins 19 millions d’Euros l’unité. Parmi ses véhicules de luxe rappelait Rue89, on trouve une Mercedes S600 limousine de 158 200 euros et une Porsche 911 Carrera de 81 116 Euros. Les Avocats de la famille avaient déclaré entre temps que disposer des biens n’étaient pas un crime. Ce n’est pas un crime bien-sur.  D’ou lui proviennent toutes ces richesses si ce n’est du contribuable Gabonnais ou des ressources publiques. Une famille puissamment riche protégée par la France via les multinationales pétrolières qui bénéficient des richesses que la famille ou le papa Bongo leur a offertes. Et pourtant plus de 70% des Gabonnais vivent sous le seuil de pauvreté. Dénis Sassou N’guesso lui  et sa famille détiendraient quelques 24 propriétés et 112 comptes bancaires en France.

Cet éternel jeune homme que l’âge n’affecte jamais qui vient d’ètre réélu à la tète de son pays le Congo, 32 ans au pouvoir, est passé, selon France Télévision, maître dans la collection des voitures de luxe dignes des stars hollywoodiennes : des Mercedes, des Ferrari, une Bugatti appartenant à son épouse, peut-être, vraisemblablement, belle-mère du président Omar Bongo père d’Ali ; cette Bugatti vaut un million d’euros ; des voitures de luxes dont les prix moyens varient entre 250 et 400 mille euros, de quoi nourrir et soigner des milliers de Congolais qui attendent depuis plus de vingt ans, désespérément, l’amélioration de leurs conditions de vie.

La situation de l’autre Congo ne serait pas des plus reluisantes. . Près de 74% de ménages et plus de 80% des employés sont pauvres. Toutes les deux catégories frisent l’indigence.  Ces proportions très élevées caractérisent la pauvreté  en RDC. Elle frappe tout le territoire national aussi bien le milieu urbain que  le milieu rural. Mais son Président Joseph Kabila fait partie des 10  Présidents les plus riches d’Afrique. Il occupe  le 6ème rang. Sa forture est estimée à plus de 250 millions de dollars. A la tête d’un « pays-argent » où le diamant, l’or, le cuivre et le bois tournent à plein régime et où la population ne voit que de la fumée, se servir constitue une ultime priorité pour l’ensemble du pouvoir en place. Et quoi de plus rationnel que de placer les fonds détournés dans les endroits les plus sûrs, notamment en Afrique du Sud, Chine, Inde, Amérique latine, paradis fiscaux où la presse est de moins en moins curieuse. Les fameux 5 grands  chantiers promis entre temps à son peuple sont devenus comme de la propagande, un véritable somnifère qui endort les Congolais.

José Eduardo Santos, Président Angolais au pouvoir depuis le 10 Septembre 1979,  premier Chef d’Etat le plus riche du Continent Noir selon le Magazine Fobes,  est fréquemment associé à la grande corruption et au détournement des fonds du pétrole provenant en grande partie de l’enclave du Cabinda. Sa famille possède un important patrimoine surtout immobilier, accumulé durant toutes ses années au pouvoir, dont des maisons dans les principales capitales européennes et des comptes bancaires en Suisse et dans des paradis fiscaux offshores. Jose Eduardo Santos possèderait une fortune de 31 milliards de dollars américains dans les banques européennes dissimulées dans plusieurs pays. La gestion de ces richesses est assurée pour l’essentiel par sa fille ainée Isabel dos Santos. Toute cette richesse pour une seule famille. Et l’Angola fait toujours partie des pays les plus pauvres du Continent, du monde.

Au Togo, une minorité s’accapare les richesses du pays. C’est le Président de la République Faure Gnassingbé lui-mème qui l’a dit une fois. Lui-mème se situerait à quel niveau par rapport à cette minorité ? Les autres selon ce qu’il dit seraient donc très riches. Et Lui ? s’il nous parlait un peu de sa fortune… ? En tout cas, son papa le Général Eyadéma qui a régné sans partage de 1967 à 2005 serait très riche puisqu’il distribuait beaucoup d’argent. On parlait mème de son vivant de  « Gnass dollar ».  Les Etudiants qui allaient chez lui après des marches dans les rues de Lomé la capitale ne rentraient pas main vide.  « Papa » comme on aimait bien l’appeler leur donnait beaucoup d’argent. Mais son pays qui est aussi celui de son fils qui a pris sa place suite à son décès reste des plus pauvres du monde. La pauvreté avoisine près de 60%. Des millions de Togolais pleurent. ils mangent difficilement. Ils se soignent difficilement. Ils fréquentent difficilement. Plus de 60% seraient mal logés. La misère veut les engloutir. Dieu au secours !!! Et pourtant ce pays, le Togo occupe une bonne place en matière de flux financier illicite au monde. Le Rapport de juin 2015 de Global Financial Intégrity  organisme basé aux Etats-Unis d’Amérique révèle que durant la période 2008-2012  les flux financiers  du Togo ont atteint 1,526 milliards de dollars américains (soit 763 milliards F CFA), en comparaison de son Pib d’environ 2 milliards de dollars américains (selon la BCEAO). Cela signifie que les Flus financiers du Togo ont représenté 76,3 % de son Pib (le taux le plus élevé que dans n’importe quel autre pays), 2435,9 % de son budget en matière d’éducation et 1088,7 % de son budget de santé,indique Jeune Afrique. Le même rapport a précisé que de 2008 à 2012, les flux financiers du Togo ont représenté 105% des activités commerciales, le plus fort taux au monde..

Ces pratiques fragilisent le continent et continuent de l’appauvrir. Selon la Commission Economique pour l’Afrique, les flux financiers illicites réduisent les recettes fiscales de l’Afrique, fragilisent le commerce et l’investissement en plus d’aggraver la pauvreté. Les Chefs d’Etat ont une certaine main mise sur les richesses et biens de leurs pays et les détournent selon leur bon vouloir et leur désir. La plupart sont soutenus par des multinationales dont les recettes fiscales devraient servir à dévélopper le continent. Ces multinationales sont quelque fois dispensées du fisc, et en retour, elles financent les campagnes présidentielles de ces dirigeants, leur offrent des cadeaux couteux. Et dans cette atmospthère, ces multinationales peuvent faire sortir sans gène et sans inquiétude leurs milliards du continent illicitement. Elles sont protégées.

Et de 1970 à 2008, plus de 900 milliards de dollars sont sortis illicitement du Continent Noir. Devant cette situation, les Africains meurent de faim. Devant cette situation, malgré son milliard d’habitants (16,5% de la population mondiale) , l’Afrique n’assure en effet que 2,5% du PIB mondial. Devant cette situation, plus de 60% de terres fertiles d’Afrique restent toujours non exploitées.

Nous sommes en 2007. Un rapport de la Banque mondiale et de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime estime qu’avec 100 millions de dollars restitués à un pays en développement, il serait possible de financer de nombreuses urgences. Quelques exemples : jusqu’à 10 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide, 100 millions de traitements curatifs contre le paludisme, le traitement de première intention contre le VIH/sida pour 600 000 personnes pendant un an et le raccordement de 250 mille foyers à l’eau potable ou 240 km de routes goudronnées à double voie.

Des milliards de dollars détournés, des milliards de dollars qui sortent illicitement du continent. Le Peuple continue de souffrir, il continue de mourir. Et les dirigeants sans gène promettent encore à cor et à cri lui faire du bien et changer son quotidien.

Et qui dira que ces Dirigeants pensent vraiment à leurs peuples ou à leur continent ? levez le petit doigt !

 

Firmin Teko-Agbo

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *