Pour des actions conjointes, les Systèmes des Nations Unies Togo et Bénin sont en retraite à Lomé

3 mois passé(e)s
183 vues

Lomé abrite ce lundi 16 septembre la réunion du Système des Nations Unies du Togo et du Bénin. Il s’agit d’une retraite qui s’inscrit dans la perspective d’un meilleur appui aux partenaires gouvernementaux face aux défis transfrontaliers. Ils sont au total une quarantaine de participants à prendre part à cette retraite sous la présidence des deux coordonnateurs résidents des Nations Unies du Bénin et du Togo. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères Robert Dussey. 

Cette rencontre première du genre, permettra aux deux équipes de plancher sur « les opportunités de collaboration, interagences, d’examiner les défis communs identifier les projets et actions conjointes à mener et surtout partager les bonnes pratiques pour renforcer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 en prenant e compte les priorités de développement de chacun des deux pays ; « L’équipe des Nations Unies au Togo se réjouit d’accueillir la première édition de cette initiative à Lomé. La rencontre est l’illustration de notre nouveau mode opératoire dans le cadre de la réforme du système de développement des Nations Unies » a affirmé Damien Mama, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies au Togo.

Les participants en séance de travail

Quant à Siaka Coulibaly, Coordonnateurs résidents du Système des Nations Unies au Benin, « cette rencontre, une première du genre, est une occasion pour les directeurs régionaux qui couvrent les deux pays d’échanger sur les défis communs afin de mutualiser les actions des nations Unies dans les deux pays », a-t-il indiqué.

Il sera concrètement question de : « identifier les opportunités, les actions conjointes ainsi que les modalités de mises en œuvre des projets et initiatives conjointes, en lien avec la mise en œuvre de l’agenda 2030 pour le développement durable » ; « définir les actions à mener dans la zone transfrontalière pour mieux appuyer les gouvernements des deux pays dans la réponse aux défis transfrontaliers » et enfin « explorer les approches de partenariat conjointe y compris l’engagement conjoint avec les organisations régionales, les banques de développement, et les organisations non gouvernementales qui couvrent les deux pays ».

 

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *