Parcours croisé Togo-Algérie : Sacre algérien, une preuve que le Togo dort (toujours)

1 an passé(e)s
658 vues

Les Fennecs d’Algérie sont au sommet du foot africain depuis ce vendredi 19 juillet. Ils ont battu en finale de CAN, les lions du Sénégal sur un score de 1 but à 0. Ils sont venus  incognito dans cette compétition continentale, mais ils ont séduit plus d’uns par la performance produite par toute l’équipe en commençant par le sélectionneur Djamel Belmadi. Il y a quelques années, l’équipe algérienne se cherchait encore. À la CAN 2013, l’équipe s’est fait éliminer au premier tour par le Togo. Mais  aujourd’hui, c’est le Togo qui constitue  le déclic de son sacre d’après Belmadi. Pendant ce temps, où se trouve la sélection togolaise ? 

« 1, 2, 3, viva l’Algérie ! » : ce refrain a retenti toute la nuit où se trouvaient les Algériens et supporters de la sélection algérienne. Le Pays soulève la 32e CAN organisée par l’Égypte, une seconde depuis 1990. 

Un petit retour sur le déroulement de la finale

À 1 minute 20 secondes précisément, Baghdad Bounedjah inscrit le but de la victoire, l’unique sur la première action offensive. L’attaquant d’Al Sadd repiquait au centre et tentait sa chance, à l’extérieur de la surface. Sané déviait son tir et le ballon prenait alors une trajectoire lobée. Alfred Gomis, lui restait figé… et regardait le ballon retomber dans son but, le long du poteau, sous les yeux incrédules de ses partenaires.

Lire aussi: CAN 2019: l’Algérie soulève la coupe

Forum de la jeune femme : un «grand» rendez-vous pour l’emmergence des femmes

Et l’Algérie prend ainsi les commandes du match, avec l’un des buts les plus rapides de l’histoire des finales de CAN. Si séduisante depuis le début de cette CAN, l’équipe de Djamel Belmadi a montré, dans le reste de la première période, un visage qu’on ne lui connaissait pas. Très défensive, l’Algérie a multiplié les fautes (14 dans les 45 premières minutes) et s’est contenté de bien défendre son précieux avantage. Une tactique dangereuse, mais payante, car à la pause, ce sont bien les fennecs qui menaient.

Auteur de l’unique but de la finale

En seconde période, le Sénégal a cru obtenir une occasion rêvée pour égaliser à la 60e minute sur un penalty sifflé par Alioum Alioum puis refusé après consultation de l’assistance vidéo. Casser le rythme sénégalais, défendre, c’est ainsi que l’Algérie a contraint Sadio Mané et ses coéquipiers à retourner à la maison sans la Coupe.     

Le Togo comme déclic du sacre de l’Algérie 

« Le déclic s’est fait au Togo. On est parti gagner là-bas 4 à 1, on n’avait plus gagné ces genres de matchs en Afrique il y a longtemps », a déclaré le coach algérien à la fin de la finale. L’Algérie doit donc remercier le Togo (avec qui elle a partagé le groupe D en phase éliminatoire) pour avoir su stimuler l’équipe les Fennecs en se faisant battre 4 – 1 à Lomé. 13 buts marqués pour 2 encaissés lors de la CAN , une réalisation qui prouve toute l’envie de Belmadi et ses éléments à soulever pour une seconde fois la coupe et aussi, prouver aux yeux de tous, le travail fait par cette équipe ces dernières années.

 

Parcours croisés Togo-Algérie depuis 2013, élogieux pour l’une, catastrophique pour l’autre

Si le Togo a pu franchir le Cap du premier tour pour la première fois à la CAN 2013, c’est grâce à la victoire face aux Fennecs d’Algérie (2-0). Adébayor et les siens dirigés alors par le Coach Didier Six ont impressionné par une discipline dans le jeu. Et ce n’est pas la Côte d’Ivoire ou encore la Tunisie qui diront le contraire. Les éperviers ont largement contribué à écourter l’aventure des fennecs à cette CAN. 

Mais comme on le dit souvent, quand on tombe, il faut forcément se relever, et l’Algérie a très bien compris cette leçon. Ce sacre n’est pas volé. Le pays a travaillé pendant tout ce temps et récolte à ce jour le fruit de son dur labeur. Le Togo qui était hier son tombeur est aujourd’hui son déclic. 


En effet, au sortir de la CAN 2013, le football togolais s’est fait retrouver par les vieux démons. Partant de la débâcle de la CAN Gabon 2017 aux contres performances réalisées lors des dernières éliminatoires, Claude le Roy et ses éléments n’ont fait que décevoir les amoureux du foot togolais. Pire, le Togo n’est pas capable de présenter à ce jour une équipe complétive pouvant rivaliser avec les autres. C’est donc le profond sommeil qui continue avec la sélection nationale.   

Adebayor et coéquipiers à la CAN 2013

Les éliminatoires de la CAN Cameroun 2021 s’annoncent, mais rien n’a changé visiblement autour de la sphère des éperviers. Dans un groupe composé de l’Egypte, Kenya et Comores, le Togo pourra cette fois-ci, avoir son billet de qualification ? En tout cas, ça passera par le management autour de la sélection, management incarné par Claude Le Roy.

Stan A.

 

Pour vos demandes de service (reportage, publi-reportage, publicité etc), contactez nous sur : 98 57 07 06

 

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *