Affaire SYNBANK-NSIA : le jeu trouble du ministre BAWARA au mépris des compatriotes et de l’économie nationale

3 mois passé(e)s
1917 vues

Ce n’est finalement pas de la blague, à l’appel du Syndicat des Employés et Cadres des Banques, des Établissements Financiers et des Assurances du Togo (SYNBANK), les banques seront en grève sèche de 72 heures à partir du 25 juin pour exiger le départ des directeurs généraux de NSIA-Togo du Togo, et la réintégration des neufs togolais licenciés de cette banque. Dans sa tentative de règlement de l’affaire entre le SYNBANK-NSIA, le ministre de la fonction publique Gilbert BAWARA s’est plutôt livré à un jeu trouble qui ne fait que l’affaire de l’oppresseur. Conséquence, les trois jours de grèves seront observés, un coup dur pour les affaires au Togo sans aucune disposition inquiétant les deux directeurs de la NSIA.

Les 25, 26 et 27 juin, il n’y aura pas d’opérations bancaires sur toute l’étendue du territoire, même les guichets automatiques de banque ne sont pas fonctionnels. Ainsi en a décidé le SYNBANK. Et ça reste tel tant que les têtes des directeurs de NSIA notamment Constant Djeket et Chantal Bosso ne seront pas tombées. En effet, ces deux directeurs de nationalité étrangère, sous prétexte de restructuration de la banque, ont licencié abusivement des employés pendant qu’eux même n’avaient pas le permis de travailler au Togo comme le stipule le Code du travail togolais. Une chose qui n’est pas du goût du Synbank. 

«Nous-Synbank, n’avons aucun problème avec le Groupe NSIA, notre problème, c’est les deux directeurs généraux, Constant Djeket et Chantal Bosso qui ne respectent pas le pays d’accueil et les autorités du pays » affirme Josephine Patasse, Secrétaire Générale du Synbank. 

«Les Togolais ont été licenciés abusivement parce que des gens illégaux ne peuvent pas renvoyer des gens légaux puisque jusqu’au jour de leur forfaiture, les deux directeurs de NSIA n’avaient pas de permis de travailler au Togo. Ce qui est contraire à l’article 46 du Code du travail togolais », explique-t-elle. 

Lire aussi: Réhabilitation du Stade de Kégué : fin des travaux voici ce à quoi ressemble le stade (photos)

Deux cas de braquage en cinq jours : de la nécessité de repenser les mesures sécuritaires

Le jeu trouble de Gilbert BAWARA

Si les trois jours de grève sèche des banques sont maintenus, c’est aussi parce que la rencontre entre le ministre de la Fonction publique Gilbert BAWARA ce 24 juin et les différents protagonistes a échoué. Que faut-il pour comprendre que ces deux récidivistes du désordre, chassés du Mali pour de pareilles gaffes doivent être redressé ? Le ministre semble caresser Constant Djeket et Chantal Bosso dans le sens du poil au mépris des droits des compatriotes. Sinon comment peut-on expliquer la non-fermeté face à des gens qui piétinent les lois du pays où ils travaillent ? 

« Notre code de travail prévoit à son article 47 des permis de travail avant que les personnes de nationalités étrangères ne puissent travailler dans notre pays. Mais en même temps, je tiens à souligner que le Togo est membre de l’UEMOA et de la CEDEAO et nous ne devons pas perdre de vue le rôle pionnier et particulier du Togo en matière d’intégration sous-régionale. Les normes et la législation du travail doivent être respectées, mais nous ne devons pas transformer ce genre de situation en un conflit entre des responsables syndicaux et des étrangers qui travaillent dans notre pays », a déclaré le ministre. Intégration !!! Oui, mais cela n’empêche pas de sanctionner quand il faut. Il s’agit de l’économie de tout un pays qui s’expose à un coup dur et il faut pouvoir agir promptement. BAWARA, veut-il protéger les deux directeurs de la NSIA ? Pour quel intérêt ? Nul ne saura répondre. 

Même si le ministre du travail a laissé entendre que son département et le SYNBANK travailleront avec NSIA pour s’assurer que les personnes licenciées bénéficient du respect de tous les droits dont ils doivent bénéficier et ceux dans l’immédiat, nul ne sait jusqu’où pourra aller le SYNBANK si leur revendication reste insatisfaite. 

Pour l’heure, les 9 Togolais ex-employés de la NSIA restent licenciés, le sieur Constant Djeket et dame Chantal Bosso restent en fonction et le SYNBANK reste intraitable sur son mot d’ordre de grève de 72 heures.

Stan A. 

 

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires
  • Revoyez bien votre article, il s agit de NSIA Assurance et non NSIA Banque.

    Erasmus 25 juin 2019 9 h 36 min Répondre

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *