Reconstruction du marché d’Adidogomé Assiyéyé : les vrais besoins ignorés par la ministre Dogbé et sa suite

2 mois passé(e)s
261 vues

L’on pensait avoir un marché moderne à la fin des travaux de reconstruction entamés depuis plusieurs mois déjà au marché d’Adodogomé Assiyéyé. Mais quel n’a pas été le regret des uns et des autres d’assister plutôt à l’inauguration sinon, la coupure de ruban pour réceptionner seulement 4 hangars,  1 forage photovoltaïque, un magasin de stockage. C’était le vendredi  10 mai 2019 en présence du ministre Victoire Tomégah-Dogbé  du développement à la base, le Préfet du Golfe, AGBOTSE Komlan, le Représentant-Résident du PNUD au Togo, Aliou Dia, et Mme Mazalo Katanga, Dg de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB) avec la présence du Réseau des associations du marché d’Adidogomé Assiyéyé (RAMAA). 

 

Cet ouvrage a bénéficié selon les informations, du soutien financier du PUDC (programme d’appui du développement communautaire). Il est estimé  à plus de 100 498 450 FCFA. Les bénéficiaires ne pouvaient rien faire que de féliciter les donateurs. Comme le dit un dit-on togolais, « Même le plus  petit cadeau mérite une reconnaissance pour le donateur » et donc les commerçant(e)s  devaient quand même exprimer une certaine joie. « Nous accueillons à bras ouvert  les réalisations, nous étions exposés aux intempéries avec nos petits hangars, il y avait même pas l’eau. Ces réalisations sont donc les bienvenues. Nous remercions la ministre Victoire DogbéANADEB et le PNUD » a affirmé, DANGBUIE Pascaline, Présidente de RAMAA.

 

Et de rappeler par la suite, les vrais soucis des commerçant (e)s dans ce marché : « Nous  les exhortons vivement  à prendre en compte  les besoins qui nous sont également nécessaires. Il s’agit notamment de construire plus de hangars, construire des sanitaires pour  nos petits besoins naturels, une infirmerie pour  assumer ne serait-ce que les premiers soins en cas de malaise » a-t-elle indiqué. 

 

Voilà qui relance la question de la gestion de ce marché puisque l’ouvrage réceptionné est financé par le PUDC. L’on se pose alors la question que sert finalement les taxes et impôts collectés auprès des commerçant(e)s chaque mardi et samedi depuis des années et ce centre  commercial  continu par végéter dans des conditions inappropriées.  

 

voie principale du Marché

Tout d’abord, il s’agit d’un marché dont l’accès n’est pas une chose aisée, car ne possédant pas de véritables voies d’accès. Il est, en effet, lié beaucoup plus par des ruelles. La voie considérée comme voie principale donnant accès au marché, est un chemin de croix pour tous ceux qui voudraient rentrer dans ce marché. Faire le marché à Adidogomé Assiyéyé après une pluie, ne donne plus envie d’y retourner. Voies complément impraticables, seul les conducteurs de véhicules s’en sortent un peu. Quant aux piétons, ce sont les pieds dans l’eau et dans la boue. Et cette situation n’apitoie guère les premières autorités de ce marché, sinon comment peut-on comprendre que pendant des années que cette situation perdure, personnes  n’apporte le changement  ne serait-ce que mettre du pavé afin de faciliter non seulement l’accès mais aussi la circulation des personnes dans le marché. En tout cas, c’est le moment des pluies et les pratiquants de ce marché doivent continuer de braver le calvaire.

  
À cela s’ajoute le manque de sanitaire et  d’infirmerie comme l’a relevé la présidente du RAMAA. Il s’agit là des besoins qui ne doivent en principe pas faire objet de remous. Dans un tel environnement où on enregistre autant de monde, de telles infrastructures ne devraient pas manquer. Car rappelons-le, Adidogomé Assiyéyé est l’un des grands marchés de la région maritime et il accueille des gens venus de plusieurs localités notamment NoépéKévéAssahounKpalimévoganNotsévogantsévietabligboAgoè etc. Malheureux est celui ressent le nécessité de  satisfaire les besoins vitaux ou encore celui qui fait une crise ou ressent un malaise dans ce marché. 

 

L’autre besoin des commerçant(e)s, c’est  l’électricité. Ce manque « occasionne de récurrents cas de vols», signale la présidente. Et donc il faille y apporter également une solution. Une chose qui ne devait pas être difficile à réaliser puisque le marché se trouve dans une zone électrifiée. 
« Entre les femmes, les choses vont vite, car la femme comprend vite les besoins de la cours » a affirmé la présidente DANGBUIE Pascaline. Entre femmes, le courant va-t-elle vraiment passer comme le clame la présidente ? Vivement que les doléances faites à  la ministre Dogbé par le RAMAA puissent trouver satisfaction au grand bonheur des populations.  Le marché adidogomé  Assiyéyé nécessite une profonde reconstruction pour présenter un aspect plus moderne que ce qui est inauguré le 10 mai dernier.  

 

Selfich AROUNA

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *