Interdiction de marche du 24 avril: le Collectif Appel à l’Unisson interpelle les organisations des droits de l’homme  

9 mois passé(e)s
824 vues

Le droit de réunion et de manifestation continue de souffrir au Togo. Elle est de plus en plus restreinte. Les partis politiques ou encore les organisations de société civile qui tentent cette initiative, trouvent le gouvernement en face comme blocage. En témoigne l’interdiction faite à la marche que projete le collectif Appel à l’Unisson sur le 24 avril prochain.

Elle est tout simplement interdite. Et cette décision du gouvernement ébahie le collectif initiateur de cette manifestation.  «Hier, lundi 22 avril, le maire de la ville de Lomé nous a appelé pour nous fait savoir que notre manifestation n’est pas autorisée. Et ce mardi matin, on nous envoie une notification qui interdit notre manifestation su 24 avril. Nous considérons que c’est une violation flagrante du droit de manifestation qui est garantit par la constitution. l‘autorité n’a pas le droit d’interdire une manifestation à 24 h de l’évènement» s’indigne le président du collectif Benjamin Amouzouvi.

Les raisons évoquées par le ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi pour cette interdiction, (puisque c’est de lui qu’émane la décision selon le président du collectif), «c’est que dans un premier temps, on nous demande le numéro d’enregistrement, et après, on nous dit que désormais le numéro seul ne suffit plus et qu’il faut présenter aussi le récépissé d’enregistrement» a expliqué Benjamin Amouzouvi.

Une chose que le collectif ne comprend pas. Pour cette dernière, il s’agit tout simplement de violation flagrante du droit de manifestation. Le collectif prend donc à témoin l’opinion nationale et internationale, les organisations de droits de l’homme et les appelle ainsi que les chancelleries à regarder de près, cette « manière de fonctionnement au Togo».  

Rappelons que cette marche, du Collectif Appel a l’Unisson, c’est pour demander une unité d’action des forces vives de la nation pour obtenir un mieux-vivre de tous les Togolais. Car selon ce collectif, « la population togolaise est de plus en plus dans la misère, les jeunes avec un taux de chômage record, les étudiants soufrent à l’université, les bonnes-dames de marché se plaignent de la mévente criarde ». Et donc pour eux, il s’agira d’une unicité d’actions des forces vives l’autorité, pouvoir ou opposition pourront plutôt penser travailler pour le mieux du Togolais.

 

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *