TOGO : blanchiment de capitaux et financement du terrorisme, les enquêteurs judiciaires se donnent les moyens pour éradiquer les pratiques

5 jours passé(e)s
71 vues

Les  thématiques de la Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme au Togo (LBC/FT) sont au cœur  d’un atelier regroupant les acteurs issus des agences chargées des enquêtes et poursuite pénales. Il se déroule à Lomé du lundi 11 au vendredi 15 février.

Organisé par le CFPJ (centre de Formation des professionnels de Justice) l’atelier rassemble une trentaine d’acteurs  qui feront face à ce fléau. Le blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme sont des infractions graves qui portent atteinte au développement économique et social des individus et des Etats.

Il sera question pour les participants au cours de ces cinq jours de travaux d’être outillés entre autres sur les stratégies de lutte contre les organisations criminelles, l’évaluation des risques bc/ft au niveau national, l’enquête criminelle en milieu comptable, l’enquête dans les systèmes de transferts de fonds, la problématique des nouveaux moyens de payements, l’analyse stratégique des enquêtes pénales de bc/ft.  

« Nous voulons que cette formation soit le couronnement de la lutte contre ces infractions afin qu’il ait des poursuites, des condamnations et surtout la saisie des avoirs ; ce qui est plus important, c’est d’agir là où ça fait mal, il faut tout faire pour savoir la ou les avoirs  des trafiquants sont stockés et les saisir au profit de l’état », a fait savoir Mme Suzanne SOKOUDE, Directrice Générale du CFPJ. 

Au sortir de cette formation, les participants seront capables d’accroître leur l’efficacité en matière de condamnations, de saisies et de confiscations des avoirs criminels et terroristes de façon à avoir un impact significatif sur la réduction de la criminalité au Togo. 

Cette formation, troisième du genre, s’inscrit dans la droite ligne du projet SAMWA (renforcement des capacités de lutte contre le blanchiment de capitaux en Afrique de l’Ouest). Le projet est la résultante d’un mémorandum d’entente signé entre le groupe inter gouvernement d’action contre le blanchiment d’argent (GIABA) et le CFPJ le 22 octobre 2018. Et ce mémorandum a programmé l’organisation de trois (3) ateliers de formation au profit des agences chargées des enquêtes et poursuites pénales.

S.A.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *