31 Juillet: Esther Ayélé Gabiam demande la participation des hommes à l’épanouissement de la femme africaine

3 mois passé(e)s
332 vues

31 juillet : Esther Ayélé Gabiam appelle les hommes à ne pas nuire à l’épanouissement des femmes

« Renaître de ses cendres, celles qui l’ont fait, et celles qui le font », c’est le thème de la journée de la femme africaine célébrée ce 32 juillet. C’est une journée qui semble échapper à beaucoup, mais pas à Mme Esther Ayele Gabiam. Engagée pour l’épanouissement de la femme en générale et africaine en particulier, la parlementaire appelle en cette journée spéciale ses sœurs africaines à ne jamais baisser la garde.


Comme elle le fait souvent lors des grands événements, la députée a réagi sur sa page à propos de la journée. Pour elle, les femmes africaines ont toujours leurs places dans la société et surtout dans le développement de cette dernière.


Femmes africaines, femmes battantes, femmes émergentes, femme plein d’avenir, ce jour, est le nôtre. Saisissons-la, faisons entendre nos voix. La femme africaine que nous sommes, souffrons en silence. Nous devons nous manifester et sortir la tête de l’eau. Nous devons renaître de nos cendres, a posté ce jour Ayele Esther GABIAM sur son mur Facebook.


La parlementaire affirme que la femme africaine doit renaître de ses cendres oui, mais c’est aussi avec le soutien des hommes, martèle-t-elle. En clair, elle invite les hommes à soutenir les femmes à s’épanouir que de contribuer à ralentir leur développement.


Elle a saisi l’occasion pour saluer les efforts engagés ci et là par ses sœurs africaines en général et togolaises en particulier pour leur combat de survie au quotidien.


Mes sœurs font le nécessaire, mais je nous demande de faire un peu plus. Mes mamans et sœurs du Togo et des Lacs, je nous souhaite bonne fête tout en nous demandant de garder la tête haute. Le combat n’est pas encore terminé. Du chemin a été parcouru, du chemin reste à parcourir ! Indique-t-elle.


Rappelons que le 31 juillet consacré à la « journée de la femme africaine » lors du premier congrès de l’Organisation Panafricaine des Femmes (PAWO en anglais) qui s’était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974.

Midodzi A.

Commenter via Facebook

commentaire

commentaires

laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *